Ce que vous devez savoir

Le Parc national de Khao Yai, l’un des plus immenses parcs de Thaïlande, est considéré par beaucoup comme l’un des plus somptueux parcs du monde. Ce parc luxuriant héberge l’une des plus vastes forêts du continent asiatique. Ce paradis de verdure avec plus de deux mille espèces de plantes et où on peut rencontrer un nombre important d’animaux en liberté est l’une des destinations privilégiées où les visiteurs pourront renouer avec la paix et la sérénité et vivre des moments uniques.

Le parc national de Khao Yai qui a vu le jour en 1962 est actuellement le troisième plus grand parc national de Thaïlande. Situé principalement dans la province de Nakhon Ratchasima, il s’étend également dans les provinces de Prachinburi, Saraburi et Nakhon Nayok.

Le parc se déploie sur une surface de 2 168 km², où on y rencontre des forêts pluviales, mixtes, à feuilles persistantes et de larges prairies. Khao Rom est le plus haut sommet du parc avec ses 1 351 mètres d’altitude. L’altitude moyenne du parc national varie de 400 à 1 000 mètres. Le parc est également réputé pour ses cascades majestueuses comme celle de Have Narok.

Khao Yai fait partie du domaine forestier Dong Phayayen-Khao Yai, un site enregistré au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il abrite 5 zones protégées allant de Khao Yai à la frontière cambodgienne. Ce sont les parcs nationaux de Pang Sida, de Thap Lan, de Ta Phraya et le sanctuaire faunique de Dong Yai.

La Faune

Le parc national de Khao Yai héberge une faune assez variée dans laquelle l’éléphant sauvage est la vedette et tient une place assez privilégiée.

Mais on y trouve aussi des tigres, des léopards, des singes macaques, des cerfs , des gibbons, des porc-épics, des civettes, des ours, et meême des chacals.

Même si on ne décèle actuellement aucun signe d’activité du tigre dans le parc, mais des photographies ont fait état d’une présence massive d’une importante population de tigres dans les parcs voisins de Thap Lan et de Pang Sida.

Le parc national accueille une des plus grandes concentrations d’oiseaux de la Thaïlande, aux alentours de 300 oiseaux résidents et migrateurs, dont les oiseaux exotiques de calaos. On y rencontre également le Barbican, le Minivet écarlate, le leafbird à ailes bleues, l’Irène vierge, le Trogon, et les pies.

On voit souvent sur les sentiers et les routes de nombreux oiseaux terrestres tels que les faisans argentés, les perdrix à pattes vertes. Si vous désirez admirer le spectacle des oiseaux au parc Khao Yai, le moment propice serait durant les mois de mars et avril lorsque la migration des grands oiseaux commence, ou alors pendant les mois secs.

Khao Yai est le gîte d’un grand nombre de reptiles. Le meilleur moment pour les observer se situe autour des mois de mars et avril. Le python réticulé, les varans, la couleuvre obscure, le dragon d’eau vert et les iguanes ne sont que quelques-unes des nombreuses espèces présentes dans le parc.

Quand visiter ?

Le parc ouvre quotidiennement ses portes et longueur d’année de 6 heures à 18 heures, les véhicules se trouvant déjà à l’intérieur du parc peuvent rester jusqu’à une heure tardive de la nuit. Le parc connaît une grande affluence de touristes étrangers et locaux pendant les week-ends et certains jours fériés.

Vous pourrez y accéder par l’entrée principale qui se trouve au nord de la ville la plus proche, Pak Chong, dans la province de Nakhon Ratchasima. La seconde entrée est située au sud de la province de Nakhon Nayok.

Comment accéder au parc ?

Le parc peut être exploré en voiture privée ou en scooter, mais si vous êtes à la recherche d’une expérience unique sans contraintes, recourir aux services d’une agence de voyages s’avère la solution idéale.

Les motards thaïlandais qu’on voit souvent sur les routes en groupe apprécient fortement le parc national Khao Yai. Le centre d’accueil du parc, ou ce qu’on appelle le Visitor Center, se trouve à près de 13 km de l’entrée nord.

Et qu’en est-il des services publics ?

Vous pouvez rejoindre le parc Khao Yai par minibus ou par bus depuis Bangkok. C’est un moyen de transport qui vous permettra d’économiser, si vous disposez d’un petit budget.

Bien évidemment, il y a quelques inconvénients. D’abord, vous êtes contraint de quitter Bangkok en tenant compte de l’horaire des bus. En plus, les minivans ne vous déposeront pas au parc national de Khao Yai, mais à la ville la plus proche, Pak Chong. Vous devez donc prendre un taxi ou une autre camionnette pour arriver au parc. Tout cela va vous prendre aux alentours de cinq heures

Vous pourrez bien entendu y aller en taxi privé, le trajet se fera en 2h30 environ si la circulation est assez fluide. Et bien sûr, c’est plus coûteux ; mais en contrepartie c’est plus flexible. Les taxis peuvent vous chercher jusqu’à votre lieu d’hébergement.

Les circuits et randonnées guidées

D’abord, vous devez réserver assez tôt vos visites au parc, notamment les visites privées pour être à l’abri des mauvaises surprises.

Mais ce que vous devez savoir essentiellement, c’est que les voyagistes ne prévoient pas dans leur devis la prise en charge des frais de transport, si votre lieu d’hébergement se trouve assez loin du parc. Il faut donc bien vérifier avant de réserver.

Visites de groupe : Le groupe se constitue de 10 à 12 personnes et elles sont moins onéreuses. Elles peuvent être organisées à l’arrivée dans différentes stations ou chez des voyagistes de la région. Mais le problème, c’est que les visites s’organisent selon des circuits stricts.

Visites privées de la faune : C’est la meilleure option pour partir à la découverte du parc en toute tranquillité sans être sous les contraintes du groupe. En plus avec un guide, vous allez découvrir les endroits les plus féeriques du parc, sans omettre aussi le fait que le guide connaît bien la jungle et ses périls sur le bout des doigts.

Il y a différents circuits d’une journée ou plus avec parfois des safaris nocturnes.

Hébergement

De nombreux hôtels et chambres d’hôtes sont situés juste en dehors des limites du parc national. D’ailleurs, les tour-opérateurs prennent en charge les hôtels les mieux référencés.

Les bungalows qui sont peu nombreux sont situés dans deux endroits différents du parc national. Vous devez réserver dans les 2 jours à l’avance sur le site Web de DNP, mais comme le transfert de l’argent depuis l’étranger prend une éternité, il vaut mieux réserver depuis la Thaïlande. Cela vous coûtera 800 bahts (≈24 €) pour 2 personnes, 2 400 bahts (≈72 €) pour 8 personnes et 9 000 bahts (≈269 €) pour 20 personnes. Vous devez payer dans les magasins ou les banques.

Si vous disposez d’un petit budget, vous pourrez réserver au Grenela Guest house, en payant seulement 300 Bahts (≈9 €) la nuit. C’est aussi intéressant dans la mesure où on fournit des treks attractifs dans le parc.

Le parc dispose également de deux terrains de camping où il est possible de louer des tentes, des couvertures et des sacs de couchage.

Découvrir en profondeur le parc

La petite ville de Pak Chong, au nord, est la porte d’entrée de Khao Yai, à laquelle il est facile d’accéder depuis la capitale.

La porte du sud paraît la plus attenante à la ville de Bangkok, mais le hic c’est qu’il n’existe pas d’autoroute directe, moins d’options d’hébergement et en outre, le centre d’accueil du parc se trouve assez éloigné de cette entrée sud.

En pénétrant au parc depuis le nord, vous y verrez un autel consacré à Chao Por Khao Yai (l’esprit saint de Khao Yai).

Vous pouvez faire comme les visiteurs thaïlandais brûler de l’encens et vous agenouiller pour implorer l’esprit afin de vous protéger contre les dangers du parc.

Le centre d’accueil des visiteurs qui est situé à 15 kilomètres au sud de l’entrée nord, constitue le point névralgique du parc Khao Yai. Là, les employés qui parlent couramment l’anglais vous proposent des cartes ainsi que des informations sur les guides, la faune et la flore, l’hébergement et les randonnées.

Il y a aussi des vélos à louer, un restaurant principal, des stands de restauration, une échoppe de cadeaux, un parking et un musée. Mais faites attention, tout ferme vers 18 heures. Si vous ne prenez pas vos précautions, vous risquez d’aller vous coucher le ventre creux.

Vous pouvez partir en randonnée tout seul, mais s’il s’agit d’un long trajet, il serait plus astucieux de louer les services d’un guide d’abord, pour votre sécurité et aussi pour doubler vos chances de rencontrer plus d’animaux, cela vous coûtera en général 500 baht (≈15 €) pour la journée.

Le Parc Nationale Khao Yai est certainement réputé pour sa population d’éléphants sauvages, on estime leur nombre à 250, qu’on rencontre souvent sur les sentiers du parc. C’est certainement le Graal de chaque trek. Mais est-ce la seule distraction ?

En commençant votre immersion dans le parc à partir de la porte nord, vous allez rencontrer d’autres animaux comme les singes qu’on voit souvent grimper vers le centre d’accueil des visiteurs.

Zones d’observations

Outre le Visitor Center, il existe deux zones principales, parfaites pour pouvoir contempler la faune locale. La première se trouve à 2,5 km du centre d’accueil des visiteurs.

Cette tour de guet qui se trouve au bout d’un chemin dégagé propice aux randonnées est populaire en raison de la vue à 360 degrés qu’elle offre.

En outre, cette tour surplombe de toute sa hauteur la prairie et permet de voir la lisière de la forêt où se trouve un petit lac que fréquentent divers animaux à la recherche d’un point d’eau. Il y a donc de bonnes possibilités d’observer des oiseaux, des éléphants et autre mammifères. Sinon, vous pourrez entendre les cris des oiseaux et même des gibbons au loin.

D’après certaines sources, cette grotte située à 4,5 km de l’entrée nord de Khao Yai abriterait près de 3 millions de chauves-souris. Et bien que se trouvant l’écart, le spectacle de voir au coucher du soleil un long nuage de ces bestioles défiler pour chercher leur nourriture vaut bien le détour. On voit fréquemment certains oiseaux de proie plonger dans ces nuages pour se nourrir de chauves-souris. Soyez-là, avant que le soleil ne se couche si vous ne voulez pas manquer ce spectacle envoûtant, unique.

Les attractions de Khao Yai

Le point culminant des trekkings dans le parc national de Khao Yai est certainement le spectacle des cascades. On y trouve un bon nombre de chutes d’eau dont la majorité est facilement accessible en voiture, combinée à une courte promenade.

Cette cascade à trois niveaux ayant une altitude totale de 150 mètres est probablement l’une des plus hautes et des plus grandioses de la région.

Située à 10 km à l’est du centre des visiteurs, on peut y accéder de la route par un sentier long de 600 mètres. Déjà, de là, vous pourrez avoir une vue admirable de la chute. À l’approche de la cascade, le point de vue est plus splendide et parfait pour une séance de photos.

Sur votre route, vous pourrez rencontrer des lézards, des macaques et peut-être des éléphants qui sont comme vous le savez une des plus attractions du parc.

Juste avant de descendre les escaliers menant à la zone d’observation, il y a une aire de repos pittoresque où vous pourrez vous restaurer et vous détendre.

En chemin, sur la route principale au nord de la cascade Haew Narok, vous allez voir un certain nombre de silos. C’est dans cette zone que les éléphants sont plus actifs par rapport au reste de la région.

C’est là que fut tournée la scène de saut du film La Plage joué par Leonardo Dicaprio. Ce qui a rendu certainement célèbre cette cascade de 20 mètres de haut. Située à 13 km du centre d’accueil, elle est atteignable en scooter ou en voiture. Vous pourrez également la joindre en randonnée de 8 km depuis le centre des visiteurs.

Cette cascade dissimule certainement quelque part le sentier secret qui mène au sommet de la cascade où la scène de saut a été filmée.

Elle se trouve à seulement 700 mètres au nord des cascades Haew Suwat et à 300 mètres au sud des cascades Haew Pratoon.

Elle se trouve à 1 km au nord de Haew Sai et à 300 mètres au nord des cascades de Haew Sai Fai.

Cette cascatelle se trouve le long du sentier de 3 km séparant les deux campings de la jungle. Là, on voyait le seul crocodile que le parc abritait, mais malheureusement, il a disparu depuis octobre 2018.

Toutes les deux se trouvent au sud-est du parc dans la province de Nakhon Nayok.

Les campings

Si vous ne désirez pas habiter dans les hôtels, ou si vous cherchez l’aventure, le dépaysement et une immersion totale, le parc offre l’alternative des campings.

Il existe deux sites de camping à la lisière du parc, avec des toilettes, des douches et des parkings. Vous pourrez louer les tentes à partir de 250 THB (≈7,50 €) pour 2 personnes, avec des accessoires : sacs de couchage, oreillers, couvertures, etc. pour 20-50 THB (≈0.60-1,50 €) chacun. La zone entourant les deux campings est parfaite pour la randonnée.

Quand vous quittez votre tente, les macaques ne manqueront pas de la visiter tôt ou tard. Évitez de fermer les portes de la tente ou les sacs car les singes peuvent les mettre en charpie. Et même laissez ouvert toute chose qu’un singe pourrait prendre pour un paquet de nourriture. Mais ne vous inquiétez pas, les singes sont seulement à la recherche de la nourriture, ils n’emportent rien d’autre.

Le premier camping a un petit restaurant qui n’est pas toujours ouvert. Mais vous pourrez rejoindre les restaurants situés dans les parages en faisant de l’auto-stop.

Pendant la période hivernale, de novembre à février, la nuit est glaciale avec un thermomètre qui peut baisser jusqu’à 9-10 degrés. Il faudrait donc s’armer de vêtements chauds pour dormir confortablement dans les tentes mais également quand vous partez en randonnées matinales ou tardives en soirée ou lorsque vous vous déplacez en scooter.

Ce premier camping situé à 6 km du centre d’accueil des visiteurs est le point névralgique pour la plupart des autres attractions se trouvant dans les voisinages du parc national. Vous y trouverez toutes les commodités : douches, toilettes, cantines…

Encerclé par la jungle, Lam Takhong est le point de départ des randonnées à la découverte de la faune. Vous pourrez rencontrer de temps en temps les éléphants dans les parages du camping.

Les porcs-épics et les civettes de Malaisie se montrent tous les soirs au camping. Avec une torche, vous pourrez les repérer facilement, car leurs yeux brillent exactement comme les yeux de chat. En vous approchant avec douceur, vous pourrez admirer de près leur beauté.

Là aussi, vous pourrez louer des tentes, des sacs de couchage et des couvertures. Le camping offre toutes les commodités, douches, installations sanitaires, restaurant.

Un sentier de 3 km côtoie le cours d’eau vers l’ouest à partir de ce camping, où vous pourrez rencontrer de nombreux lézards de taille moyenne.

Le camping est parsemé d’arbres fruitiers fréquemment visités par les bulbuls à huppe noire, les barbets, les pigeons et bien d’autres au moment où les arbres donnent leurs fruits.

En outre, 40 mètres plus bas dans la forêt, il y a un espace un petit peu caché où vous pourrez voir fréquemment des oiseaux fascinants comme le muguet à tête orange, le shama à croupions blancs et le merle bleu sibérien.

La nuit, les porcs-épics et les civets sont fréquents au camping, alors n’oubliez pas de vous munir de vos lampes de poche.

Trekking et excursions

Faire appel à un guide est le meilleur moyen pour s’imprégner de la nature du parc et pour doubler ses chances de voir de près les animaux évoluer en totale liberté.

Pour ce faire, vous avez le choix entre trois formules :

Cela va coûter entre 1 600 Bahts (≈48 €) par personne (pour une famille de huit et plus) à 5 400 Bahts (≈161 €) au cas où vous seriez seul pour une journée de trekking. Pour un couple, le tarif est de 6 000 Bahts = 2 x 3 000 (≈180 €).

Cela comprend les frais de transport depuis et vers Pak Chong, l’accès au parc national (400 Bahts≈ 12 €). En plus vous aurez droit à un ciré et des chaussettes anti-sangsues.

Largement moins onéreux puisque vous pourrez payer 1 300 Bahts (≈39 €) pour une journée de randonnée : 500 Bahts (≈15 €) uniquement pour la demi-journée ! Et 1 500 Bahts (≈45 €) au cas où vous combineriez les deux.

Si vous n’êtes pas arrivé durant la journée à observer les animaux, vous pourrez essayer de nuit, au moment où le calme s’empare du parc. Pour 500 Bahts par véhicule, on vous emmènera en safari nocturne dans quelques-unes des forêts intérieures du parc. Vous aurez peut-être la chance de rencontrer un éléphant sauvage, des biches, des gibbons ou des loutres franchissant malicieusement le sentier.

Climat

Quel est le moment propice pour visiter le parc national de Khao Yai ?

La saison pluviale très humide, s’étale de mai à octobre. Généralement, pendant le jour, le thermomètre marque en moyenne 27 degrés et descend à 13 degrés la nuit. C’est la saison parfaite pour visiter les cascades.

La saison froide s’étend de novembre à février avec un ciel dégagé et ensoleillé. Le thermomètre monte jusqu’aux 22 degrés le jour et descend à 9 degrés la nuit.

La saison chaude s’étend de mars à avril, avec des températures qui atteignent 30 degrés le jour et descendent à 17 degrés la nuit.

Concrètement, on pourrait avancer que janvier, Février, Mars, novembre et décembre sont les mois les plus propices au niveau du climat pour visiter le Parc national de Khao Yai.

À titre d’exemple, janvier offre le climat propice pour explorer le parc. Le thermomètre atteint les 34° et le taux de précipitation est de 12 %.

Le parc national de Khao Yai : les enjeux

La grande menace que le parc affronte, quoique les responsables fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour faire face, est l’abattage illégal du bois de rose. Le braconnage des essences de bois odorantes comme les bois de sandales et d’aloès est également un autre problème de taille qui menace l’équilibre écologique et met en péril des espèces animales qui sont voie d’extinction, à quoi s’ajoute également le risque d’incendies.